Elisa Longo Borghini: "Je reviens avec des ambitions"

30 août 2021 - 12:21 [GMT + 2]

Elisa Longo Borghini, la troisième mondiale du classement UCI actuel, troisième également de la course sur route des Jeux Olympiques de Tokyo, sera l’une des grandes favorites de la 7e édition de la CERATIZIT Challenge by La Vuelta (2-5 septembre). Elle s’est confiée avant de faire le déplacement en Galice.

Elisa, quel souvenir gardez-vous de votre participation à la CERATIZIT Challenge by La Vuelta l’an passé ?

J’ai adoré ! Ce fut vraiment une belle expérience. C’était la dernière course de la saison et ça s’est franchement très bien passé. La dernière étape a été très amusante parce que Giorgia (Bronzini), notre DS, nous a dit en substance qu’on devait disputer cette étape comme si c’était une course aux points (sur piste), mais en un peu plus long. Et au moment où je lui ai répliqué : « Excuse-moi, mais moi qui ne suis pas rapide au sprint, qu’est-ce que je dois faire ? », elle m’a dit : « Comme dans une course aux points, tu leur prends un tour ! » Et ainsi, j’ai passé les trois-quarts de la course en échappée. Donc ça a été une expérience très intéressante techniquement, mais surtout, un très beau week-end car c’était ma première course avec le maillot tricolore (de championne d’Italie). Ce fut très émouvant.

Quand vous aviez remporté la Strade Bianche Donne en 2017, vous aviez insisté sur la richesse de l’environnement historique et culturel de l’épreuve dans la ville de Sienne. Avez-vous ressenti quelque chose de similaire à Madrid ?

Oui, absolument. On était dans le centre de Madrid où l’on respire vraiment un bon air du point de vue de l’environnement historique et culturel. D’ailleurs, j’ai profité du déplacement pour aller visiter quelques musées et quelques palais. C’était exceptionnel car, d’ordinaire, on n’a jamais le temps pour ce genre de choses. Mais puisque la saison se terminait là…

Comment avez-vous perçu l’exposition médiatique offerte par cette épreuve ?

Je retiens que c’est vraiment important d’avoir un événement comme la CERATIZIT Challenge en concomitance avec La Vuelta. Cette année, le pas en avant qui consiste à étendre la course sur quatre jours avec autant d’étapes, variées par leur parcours, est encore plus appréciable. Le nouveau format répartit bien les étapes entre montagne, plaine et cronoscalata. C’est excitant. J’aimerais même que les prochaines années, s’ajoutent quelques étapes pour donner encore plus d’ampleur à la course et qu’elle intéresse encore plus les concurrentes. Mais le succès est déjà là.

Comment se présente votre fin de saison après la médaille de bronze à Tokyo ?

Je me suis bien préparée pour la fin de saison. J’ai des ambitions, à commencer, donc, par la CERATIZIT Challenge by La Vuelta où j’espère à nouveau bien faire. Après les Jeux Olympiques, j’ai passé un mois d’août tranquille mais nonobstant cela, je me suis très bien entraînée, notamment par un stage en montagne. Je me sens prête pour les championnats d’Europe et du monde qui viendront juste après la Challenge.

Suivez-nous

Recevez des informations exclusives sur Madrid Challenge